Je suis le mal,
on me donne plusieurs noms
suivant les régions ou je m’insère,
les religions me personnalisent.

Je n’ai ni forme ni matière,
mais souvent on me représente
avec des formes hideuses,
et je combats avec jouissance le bien.

Des religions d’amour et de partage,
j’en fais des hérésies,
et y insuffle un souffle de haine
entre les différences.

J’adore me glisser dans l’esprit humain,
cette petite chose qui se dit l’élu de dieux,
et gestionnaire de la planète,
alors qu’il n’est qu’un mortel comme les autres.
 
Il se croient souvent créateurs,
mais je leur donne la possibilité,
de découvrir, de transformer,
et surtout d’épuiser toutes les ressources.

J’aime semer le trouble et la discorde,
et quand ils se disputent, se divisent,
sèment la haine et l’opprobre au nom de dieux d’amour,
ils ne voient pas que c’est moi qui usurpe ces noms.

Leur science, leurs découvertes,
me donnent des ailes,
leurs moyens de communication virtuels,
me permettent de faire du bien une farce.

Je me sers avec plaisir,
des faibles, des sans pouvoir,
dans le monde réel,
pour leur donner l’illusion de puissance.

De leur faire croire qu’ils sont esprits,
de se cacher sous de fausses identités,
et de contribuer à mon plaisir,
en salissant et détruisant leurs semblables.

Si on s’invente des dieux,
avec des noms différents,
auxquels les insoumis se soumettent
les yeux fermés, moi je suis là.

Sans nom, je n’ai qu’une identité,
peu importe le nom qu’on m’invente,
je suis le mal !
Les religions, mon plaisir est de les corrompre.
 
De remplacer les mots d’amour,
par ceux de guerre et d’oppression,
tout en faisant croire,
que c’est pour l’amour d’un dieu.

Le virtuel est mon lieu de prédilection
car il est facile d’y semer,
mensonge et hypocrisie,
de me servir de ce bipède docile.

De lui faire ressentir des sentiments de puissance,
en humiliant, rabaissant l’autre,
tout en se cachant derrière une image
qui n’est pas la sienne.

Je lui fais jouer mon rôle,
sans me fatiguer,
et tourmente avec volupté,
tous ceux qui veulent faire le bien.

De tous temps, j’ai fait des religions,
des armes de discorde.
Quoi de plus facile que de faire souffrir,
de salir et de vilipender.
 mars 
Quand on peut se cacher,
prendre n’importe quelle forme,
se faire passer pour n’importe qui,
dans ce monde virtuel qu’ils ont créé.

Je dissémine des hérésies, par leur biais,
influence les esprits faibles,
leur faisant donner leur vie,
pour un dieu, alors que c’est à moi qu’ils la donnent.
 
Je suis le mal,
je règne en maître,
sur l’esprit humain,
ai un puissant allié, l’argent !

J’insuffle la haine et l’opprobre,
j’en jouis avec volupté !
Beaucoup me prient et m’obéissent,
 aveuglement en me prenant pour leur père.

La guerre, le plaisir de faire souffrir,
semer la graine de la discorde,
ne croyez pas que c’est celui à qui vous dites croire,
c’est moi!

Eric de La Brume
Le 9 mars 2019

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir