C’est avec nostalgie,
que je me rappelle le temps de mon enfance,
où le lever du jour était accompagné,
du chant des oiseaux.

Quand le soleil prenait sa place,
et faisait du firmament un décor de rêve,
et devenait un véritable orchestre
empli de sons mélodieux.

C’était la saison des premiers amours,
le ciel s’emplissait alors
du chant des oiseaux,
qui se cherchaient une compagne.
 
Oiseaux des bois, des villes,
ou campagnes,
ils étaient là aux premières lueurs de l’aube,
pour nous charmer et nous apaiser.

Dans nos jardins,
On pouvait parfois apercevoir
merles, mésanges et pies
qui venaient y chercher pitance.

Jacassements, pépiements, babillages,
chants de toute sortes
venaient charmer
nos oreilles au petit matin.

Le rossignol, lui,
comme certaines autres,
aiment emplir, surtout la nuit,
de sons mélodieux.

Maintenant, depuis plusieurs années,
ils commencent à se faire plus rares.
beaucoup d’insectivores,
ont de plus en plus de mal à vivre.

La main de l’homme, qui souvent,
a l’outrecuidance de se dire,
gestionnaire de la planète,
a fait plus de dégâts que de bien.

Quand le jour se lève,
le silence est souvent roi,
et beaucoup d’espèces, petit à petit
disparaissent de nos contrées.
 
C’est pourquoi, je me souviens,
de ce joli temps passé,
où nos petits chantres ailés, faisaient, au printemps,
de nos champs, forêts et jardin, une salle de concert.

Illustration et titre : Nath Nlk
Texte : Eric de La Brume
Le 18 février 2019

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir