Le vrai amour ne se trouve pas,
lentement, à petit pas,
il se construit, sans cela, 
il sera comme un feu qui se consume.

Souvent, il ne signifie pas,
que plaisir et joie,
Mais parfois douleur et peine,
qui pèsent parfois.

On croit souvent,
avec la fougue de la jeunesse,
que tout n’est que sens,
et plaisirs faciles.

Mais si ce n’est là,
que l’objectif,
désillusion est un jour,
à la clé.

Il ne suffit pas,
de ne vouloir que recevoir,
faire de son corps,
un lieu de jouissance.
 
Car n’y voir que ça,
est bon pour une jeunesse,
sans cervelle, ne voyant dans l‘avenir,
que futilité et vue courte.

Mais une vie est longue, 
et il faut un jour,
pouvoir y mettre de la profondeur,
et ouvrir son cœur.

L’amour facile,
uniquement basé sur la sensualité,
un jour finit par décevoir,
et isoler.

Le vrai amour,
petit à petit se construit,
le cœur doit s’y adjoindre,
pour le cimenter.

Apprendre à rester unis,
tant dans la liesse de la jeunesse,
que dans l’adversité du temps qui passe,
est le ciment de deux êtres qui s’aiment.

Savoir chacun de son côté,
mettre de l’eau dans son vin,
apprend la tolérance,
et fait de l’amour aussi une complicité.

Illustration : Nath La Muse
Texte : Eric de La Brume
Le 18/12/2018

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir