La patate, non je ne l’aime pas !
D’ailleurs je ne l’ai jamais appréciée
quelle que soit la forme qu’on lui donne
Qu’on la camoufle ou non.

Pourtant, on la recommande,
elle nous a fait éviter des maladies,
nous fait perdre du poids,
diminue notre stress.

Elle fait baisser aussi les inflammations,
stimule notre activité cérébrale,
mais rien à faire,
je ne l’aime pas

Elle peut se présenter
sous toutes les formes.
Tenter de nous séduire
sous des aspects veloutés

On lui donne alors des noms pompeux,
tel que gratin dauphinois,
ou on l’enrobe de sauce
afin qu’elle nous séduise.

Parfois, on la découpe
lui donne des formes plus sensuelles
et on la plonge dans une huile dorée
et on l’appelle frite.

Des fois aussi, on l’habille
la place sur la braise
et on la couvre d’une chemise
en aluminium.

On la laisse alors s’échauffer,
Sur la braise du barbecue
et on la déguste
enduite de beurre.

mais rien à faire, même si je peux en manger,
et connais ses vertus pour la santé,
je n’arrive pas à m’en faire une amie
et d’en faire un de mes plats préférés
.
Pourtant, j’essaie et elle tente de m’amadouer,
mais rien à faire,
elle me bourre à la première bouchée
et je la lisse là, abandonnée sur mon écuelle.

Non, patate,
même si je dois t’avaler
et que je sais que tu ne me veux que du bien
tu ne me mets pas en appétit.

Illustration : Nathalie La Muse
Texte : Eric de la Brume
Le 27 janvier 2018

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir