u

C'est quand tu dors,
que j'aime à te regarder,
et effleurer ton corps,
délicatement du bout des doigts.



j'aime t’effleurer,
et entendre comme un doux murmure, 
de plaisir,
tandis qu tu n'es plus dans mes bras,
mais dans ceux de Morphée

Du bout des doigts, je t’effleure,
et suis l'échine de ton corps.

J'aime te voir sourire,
durant ton sommeil,
comme une enfant, confiante,
alors qu tu es dans les bras de Morphée,
et plus dans les miens.

Eric de la Brume
Le 4 août 2015

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir