Il y a bien longtemps,
lors d’un de mes séjours,
 en Bretagne, je m’engageai
dans des sentiers escarpés.

Paysage, fabuleux,
j’atteins le haut des rochers,
entendais le ressac des vagues,
contre les galets.

Un ciel bleu,
qui luttait avec les nuages,
pour laisser passer,
les rayons du soleil.

Soudain, au bout du chemin,
une étrange habitation,
se dressait, en haut du promontoire,
solitaire et à l’aspect sombre.

Intrigué, je m’approchai,
et décidai malgré ma crainte,
de visiter ce lieu insolite,
semblant issu du néant.
 
La maison semblait abandonnée,
la porte était entrebâillée,
et en la poussant,
elle produit un sinistre craquement.

A l’intérieur, l’air était confiné,
tout semblait à l’abandon depuis longtemps,
et des toiles d’araignées,
recouvraient le mobilier.

Ma curiosité, piquée au vif,
malgré on angoisse,
je poussai une porte,
qui sembla être celle d’un chambre.

Près de la fenêtre,
en transparence, comme une apparition,
une femme d’un lointain passé,
semblait vouloir éloigner quelque chose.

Des cris plaintifs résonnaient,
les portes se mirent à claquer,
des formes humaines apparurent,
transies de peur, accolées aux murs.

Une forme hideuse et haineuse,
apparût ensuite, au visage émacié,
le regard tuméfié et où
on y voyait le mal incarné.

Maintenant, c’en était trop !
La peur et la panique prirent le dessus,
blanc de peur, les cheveux hérissés,
je pris la poudre d’escampette !
 
Je redescendis du haut des rochers,
m’assis sur les galets, face à la mer,
dont les vagues déferlaient,
écumantes sur la côte.

Je respirai un bon bol d’air,
pour me remettre de mes émotions,
et appris plus tard, qu’on avait appelé ce lieu,
la maison hantée !

Illustration : Nath Nlk
Texte : Eric de La Brume
Le 5 juillet 2019

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir